Published On: dim, Juil 14th, 2019

Il était une fois les Marco à El Jadida

Share This
Tags

Par Mustapha Jmahri–

La famille Marco était connue à El Jadida pour être des commerçants qui ont percé dans la vie par leur travail. Le grand-père, Vincent Marco né en Algérie en 1861, est arrivé jeune à El Jadida et il se maria avec Conception Lopez, née en Andalousie en 1876, et qui résidait avec sa famille dans la banlieue d’El Jadida. Les deux époux sont décédés à El Jadida à une année d’intervalle, respectivement en 1943 et 1944, et ils y reposent au cimetière chrétien.

Alexandre né en 1909, fils ainé du patriarche de la famille travaillait à la SCAM située sur la route de Marrakech, à la sortie d’El Jadida. Il avait six enfants, quatre filles et deux garçons. Son neveu Jean, jeune mazaganais de 21 ans, engagé volontaire dans la division blindée du Général Leclerc, meurt pour la France, pratiquement à la fin de la guerre aux abords de la frontière allemande.

Son fils aîné, Alexandre Lucien, né à El Jadida en 1933, ancien champion de natation, possédait, jusqu’en 1970, la grande épicerie du marché central, devenue progressivement une sorte de libre-service. Il y occupait six stalles, dans une partie il y avait l’épicerie et dans l’autre il produisait de la glace alimentaire. Concernant ce libre service, les deux stalles de glace alimentaire ont été achetées à M. Doutre (Armurier à El Jadida) et les quatre autres stalles à la famille  Ovadia (grossiste en épices).  En face de son commerce, il y avait la boucherie Laporte. La grand-mère Marco aussi était commerçante et détenait, au début, un petit commerce dénommé « Au coin surprise » à proximité de la place Moulay Hassan, ensuite elle acheta le commerce « Au grand Paris »(appartenant initialement à la famille Delvoy) jouxtant la pâtisserie Philippe, près du théâtre municipal. Alexandre Lucien pris la direction de la concession Renault d’El Jadida de 1974 à 1985.

Du côté maternel, la famille Marco est apparentée aux Lopez qui sont arrivés à El Jadida dans les années 1905 et ont travaillé dans l’agriculture sur la route de Haouzia. C’est là que fut introduit la fameuse pastèque dite Ramone, célèbre encore aujourd’hui chez les Marocains par le nom Ramoule.

Des descendants de la famille vivent toujours au Maroc, Andrée Marco-Paloumet, fille d’Alexandre Marco, vit à Casablanca et travaille dans une grande société de travaux publics. Alors que son neveu Paul Marco, né à El Jadida en 1955, vit et travaille à Casablanca dans l’enseignement français.

Paul Marco, qui se rend souvent à El Jadida, se rappelle avec beaucoup de nostalgie de l’époque cosmopolite de Mazagan. Aujourd’hui, il constate une ville à fort potentiel : la salarisation d’une population active de plus en plus qualifiée (notamment en raison du pôle de développement économique de Jorf Lasfar), les réformes de l’école publique (dans les contenus pédagogiques et la place donnée aux langues étrangères), la présence des universités et d’un enseignement international  sont des atouts pour la croissance d’une classe moyenne, autonome, responsable et citoyenne.

jmahrim@yahoo.fr

 

NB : Ce texte a été réalisé avec la collaboration de Paul Marco (Casablanca)

Légende photo : Paul Marco avec ses élèves à l’EFA (Casablanca)

 

About the Author

-

laissez un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>