Published On: jeu, août 2nd, 2018

Fouad Laroui, de la localité à l’universalité

Share This
Tags

Le romancier adresse un message aux organisateurs de la rencontre organisée à El Jadiabc

 Le mercredi 1er août 2018, au siège du musée de la Résistance, la section d’El Jadida de l’Union des Ecrivains du Maroc a organisé en collaboration avec le Haut commissariat aux anciens Résistants et membres de l’Armée de libération et la Fondation Abdelouahed Kadiri, une rencontre culturelle sur le thème : « Fouad Laroui, de la localité à l’universalité ».

Suivie par une assistance très nombreuse, cette rencontre s’est déroulée en présence de Nadia Laroui (sœur du romancier, auditrice à Casablanca) et elle a été animée par des écrivains, des amis d’enfance du romancier et des représentants des institutions participant à l’organisation de la rencontre, notamment Messieurs Habib Daim Rabbi, Salah Jabrane, Abdelmjid Noussi, Mustapha Jmahri, M’barek Bidaki et Abderrahmane Sakhi.

Ce rendez-vous culturel fut notamment marqué par la lecture du message adressé par Fouad Laroui aux organisateurs, lu par sa sœur Nadia et dont voici la teneur : « Chers collègues. Je suis très touché par votre initiative. Je suis particulièrement content que cette rencontre se déroule à El Jadida, cette ville où j’ai passé mon enfance et dans laquelle je reviens régulièrement me ressourcer. Il y a quelque chose dans l’air d’El Jadida – ce sont peut-être les senteurs marines – qui favorise la création littéraire. C’est la ville de Driss Chraïbi et de Abdelkebir Khatibi, bien sûr, mais elle a donné naissance à beaucoup d’autres artistes, poètes, écrivains, etc. En ce qui me concerne, je puise régulièrement dans mes souvenirs d’enfance pour alimenter mon œuvre littéraire. J’espère pouvoir un jour écrire un grand roman j’didi, celui des années 70. Un monde disparaissait lentement, celui des Français, très bien documenté par Mustapha Jmahri, et un autre monde apparaissait, pour le meilleur et pour le pire. C’est cela qui rend ces années si intéressantes. Il ne faut pas qu’elles tombent dans l’oubli. C’est le rôle des écrivains de fixer sur le papier ces tranches d’Histoire avant qu’elles ne s’estompent. Merci et bonne conférence! ».

Par la suite, le modérateur a donné la parole successivement aux différents intervenants qui se sont penchés sur l’œuvre littéraire et le parcours académique du romancier Fouad Laroui ou, pour certains qui l’ont connu dans son enfance, sur sa vie d’écolier à El Jadida dans les années 60 du siècle dernier.

A la fin de la rencontre un riche débat s’est engagé avec l’assistance et qui a également contribué à éclairer d’autres aspects du thème traité.

N.B : un compte rendu détaillé en arabe est disponible au niveau de la section locale de l’UEM.

 

Union des Ecrivains du Maroc, section El Jadida

BP 283 El Jadida

 

 

 

About the Author

-

laissez un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>