Published On: dim, oct 15th, 2017

A El Jadida, les enfants l’appelaient Monsieur Fou

Share This
Tags

av Ivry

Par Mustapha Jmahri (écrivain)–

Tous les anciens d’El Jadida notamment ceux des quartiers el-Keâa, du Plateau et de saniat el-Morakib se rappellent d’un Français qui habitait seul une villa, en haut de l’avenue Hassan II, presque en face de l’école Charcot et que les écoliers appelaient Monsieur Fou à force d’entendre ses vociférations. En effet, le personnage se mettait vite en colère et réagissait par des insultes aux moqueries des enfants.

En 1966, j’étais alors élève au collège Chouaib Doukkali et je voyais ce personnage, de son vrai nom Charles Duplessis Saint-Reuquier, arrivant sur sa bicyclette avec un litre de vin rouge attaché par un élastique sur le porte-bagage. Il ouvrait le portail de sa villa et se mettait à boire tout de suite sur les marches devant l’entrée.

Personne parmi les locaux ne savait ce qu’il avait au juste. Les spéculations sur sa maladie étaient variées : un chagrin d’amour ou le décès de sa maman mordue par un chien enragé.

Christian Martinez, né à Mazagan, et dont la sœur de Charles est sa marraine, m’a donné quelques éléments sur Charles. Ce dernier qui, durant le protectorat, avait été militaire dans l’armée de l’Air en France, avait contracté une méningite cérébrospinale qui l’avait plongé très longtemps dans un coma profond. Il s’en était sorti avec des séquelles physiques et mentales. Il bénéficia alors d’une retraite militaire en rapport avec sa maladie et résida à Mazagan.

Charles resta seul dans la villa dont lui et sa sœur avaient hérité. Sa tante, Mme Elise Audibert, qui possédait une ferme à L’Outa, près de sidi Bennour, s’occupa de lui. Mais après le décès de sa tante, sa situation mentale s’est détériorée et c’est sa sœur, Mme Suzanne Perrier, qui l’a fait venir en France où il est mort, en 1984, dans un centre de retraite du sud-ouest. Sa villa fut alors vendue à un Marocain, avant qu’elle ne soit démolie pour abriter une clinique.

 

jmahrim@yahoo.fr

 

 

About the Author

-

Displaying 1 Comments
Have Your Say
  1. Seillier léo dit :

    Bonjour,

    Nous avons bien connu Charles Duplessis( sa tante et sa nièce) car nous étions voisins .Ma petite villa que nous habitions en face de l’Ecole Charcot jouxtait la sienne …ouverte à tous vents !
    Nous y avons vécu de 1966 à 1973 et donc côtoyé Charles tous les jours.
    Effectivement ,il levait souvent le coude mais n’était jamais ivre!……
    Les problèmes psychiques dont il souffrait apparurent à la mort de sa mère qui,atteinte de la rage, avait été étouffée entre 2 oreillers !
    Souvent, dans son jardin,il parlait tout seul houspillant les enfants qui ne manquaient pas de l’interpeller, de
    l’exciter… Par contre il avait des lubies : il lançait du chocolat à mon coq par dessus notre mur de clôture commun pour le faire chanter!
    Cependant alors que sa villa était quasiment vide de meubles ( disparus où ?) c’ était un virtuose du piano(qu’il avait sauvegardé ) qui nous enchantait quand il en jouait !
    Et il aimait beaucoup nos enfants qui le respectaient et qui ne le craignaient pas quand « il délirait « ……

laissez un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>